J’ai mal à mon arbre.

Aujourd’hui, j’ai mal.

J’ai mal à mon cerisier. Enfin, ce n’est pas le mien, c’est celui de la propriété dans laquelle je loue un appartement. J’ai toujours été connectée aux arbres, à certaines espèces notamment, celles qui se trouvent dans mon ancienne maison à Jonage. Les cerisiers en font partie.

J’ai toujours aimé les cerisiers. Peut-être parce qu’en même temps qu’eux je suis née, et qu’ils fleurissent et mûrissent pour mon anniversaire, je ne sais pas.

Toujours est-il que celui de mon logement actuelle commençait tout juste à fleurir et faire des bourgeons. Et voilà que la régie décide de faire intervenir promptement et sans annonce un paysagiste. « Vous êtes là pour quoi ? » demandais-je, encore en pyjama pilou et capuche à oreilles. Il enlève son casque et dit « pour la taille, c’est tout m’dame. » Je demeure stoïque même si mon corps a mal. « Ah… mais qui vous l’a demandé ? » m’entends-je dire, sottement. « Bah, votre régie, elle ne vous l’a pas annoncé ? »

Non. elle n’a rien annoncé du tout.

« D’ailleurs, c’est votre voiture? » dit son collègue, perché sur l’échelle en désignant la voiture de mon voisin.

« Non, la mienne est ici. » répondis-je avec le geste ad hoc. « Je vais contacter mon voisin. »

J’étais gênée : je ne trouve pas ça opportun de scier un arbre en pleine floraison. Il me semble que ce n’est pas le moment. Je devais recevoir une cliente pour des bols ce matin. Nous avons reporté. J’ai qu’un seul weekend en semaine lorsque je travaille le weekend sur le plateau d’appel et le voilà gâché par la taille de l’arbre.

J’ai mal, vraiment. j’ai l’impression tout au long de l’opération que c’est moi que l’on ampute.

Même encore maintenant, c’est douloureux.

Ils ont juste sciés et émiettés les branches en sciure. Pas pris la peine de mettre du cicatrisant sur les branches amputées, rien. Laissées les boyaux à l’air.

Je me demande s’il s’agit de mesures prises par ma régie juste pour m’ennuyer car nous sommes en litige avec recours devant huissier, tant moi que mon voisin.

Je ne sais pas si c’est une explication plausible, en tout cas, elle fait quand même un peu sens, non ?

❀ ❀ ❀

A l’automne dernier, on me prédisait une reconnexion avec le divin totale et entière, courant mars.

Je me demande si le rêve étrange que j’ai eu il y a une semaine, d’un éveil, étrange mais agréable, qui avait l’air tellement réel, et cette sensation d’être l’arbre, d’avoir mal, de tout ressentir des connexions avec tout le végétal vient de là.

On m’a dit un jour « tu es un arbre ».

Ca faisait sens, un peu, parce que les mots semblaient loin de la réalité. Mais, aujourd’hui, je le ressens, je suis cet arbre.

Est-ce qu’avoir laissé le son primordial sortir de moi a fait quelque chose ?

J’ai la sensation d’être enracinée et jointe avec tout ce qui se branche à la terre, qui se diffuse vers le sol et vers le ciel. Et j’ai mal.

Vraiment, j’ai retenu ces larmes dans le coin de mes yeux, en me demandant comment j’allais pouvoir opérer avec mes bols alors que je mourrais ?

Et finalement l’univers à répondu pour moi, ma cliente m’a proposé de reporter à demain, « si [je] ne le sentais pas aujourd’hui ». Et non, clairement, aujourd’hui, j’ai mal.

❀ ❀ ❀

Aujourd’hui, pour faire une analogie, je suis Sylvebarbe qui hurle sa peine avant de joindre la bataille de l’Isengard.

❀ ❀ ❀

Photo prise en revenant de la cascade de Glandieu dans l’Isère, le weekend dernier.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.