Blog : le retour ?

Crénom de nom !

Il aura fallu une pandémie (bien entendre le mot comme une épidémie mondiale, merci) pour que j’arrive à trouver ET prendre le temps pour mettre à jour mon site internet et mon blog.

❀ ❀ ❀

Pour être honnête, au tout début de ma formation IFVY de professeur de yoga, j’avais trouvé « fortuitement » un article d’une professeure de yoga qui racontait comme il n’était pas possible de vivre de cette activité.

Elle parlait de la rémunération qui était parfois plus que moindre, des conditions des salles qui sont la plupart du temps non adaptées au yoga, entre autres. J’ai eu peur en le lisant, je ne vous le cache pas. Et puis je me suis rappelée que de toute façon, c’était trop tard : j’avais démissionnée de mon poste – en m’asseyant sur une paie plus que grasse qui avait servi à plusieurs formations d’organismes privés ; investi dans mon entreprise de sonothérapie en matériel, locaux, fournitures diverses… Bref vous imaginez la tirelire qui se vide plus qu’elle ne se remplit en dépit des éventuelles aides qu’on pourrait vous donner… (ça aussi, c’est un parcours dénué de simplicité!).

J’avais donc déjà eu la dose de méga – trouille : « imagine tu ne fais pas de chiffre d’affaire ? et si jamais il n’augmentait pas ? et si tu cumules des dettes, tu vas faire comment sans économies ? même si tu en as, comment faire si jamais tu n’augmentes pas tes revenus en dépit des cotisations ? et puis comment tu vas faire pour la pub ? ça coûte cher ! qu’est-ce que tu vas faire si jamais un client te fais une mauvaise réputation ?« 

J’en passe. Je reviens à cet article défaitiste, mais qui avait raison sur un point : sachez où vous mettez les pieds.

Un professeur de droit nous avait bien dit pendant notre cours sur les différents types d’entreprise « j’ai du respect pour ceux qui montent leur boîte, franchement, il faut du courage ».

Vous avez beau le savoir, c’est abstrait tant que vous ne l’avez pas vécu.

Et mon professeur (le maître, le sensei, le guru), qui croyait en moi plus que je n’arrivais à le faire moi-même. Mordicus. Bon, eh bien, on va tenter cette formation. ça mettra du beurre dans les épinards de la sonothérapie. Et je me suis lancée. Et j’ai eu des cours : remplacements par-ci par-là, vacances scolaires… et puis mes « vrais » cours, ouverts pour moi et non récupérés du maître. Et maintenant, je vis de cette activité.

Voilà pourquoi je vous parle de cela aujourd’hui : mon activité consiste en majorité à donner cours de yoga.

Et comme la plupart de mes collègues, je me retrouve sans classe physique. Problème pallié avec des enregistrements audio et des plateformes sécurisés pour que les élèves puissent pratiquer chez eux.

On improvise des supports qui font caisse de résonance comme on peut.

Et arrivent par la suite les mails de remerciements.

Je n’étais pas prête, je l’avoue.

Que ce soient vos élèves habituels, qui sont heureux de vous retrouver, ou ceux des collègues, qui ont été assez curieux pour tester vos cours, c’est vraiment touchant de voir qu’on a pu leur offrir un moment d’oxygène chez eux. ça motive. ça donne foi et envie de reprendre le micro avec les installations bizarres improvisées pour prendre le son de bols, de carillons, de tongue drum.

Alors ça valait la peine d’avoir peur, de vider la tirelire, de dépenser des heures dans les livres, sur les tapis, à tester les cours, les objets sonores… Je ne regrette pas de m’être lancée dans un métier où le seul péril est d’être son propre patron.

Comme le diraient nombre de guru…

Sur l’arbre, il y a deux oiseaux. Un qui mange, et un qui regarde l’autre manger. Lequel de ces deux oiseaux choisissez-vous d’être ?

❀ ❀ ❀

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.